Pierre Robert - 01-1999
© Archée 1999

Le site «Avec Tact» d’Antoine Schmitt propose quatre œuvres. Celle qui nous occupe s’intitule simplement «Antoine».
Alors que dans le Shredder notre intervention consiste à choisir un site pour en composter le langage HTML, ici Schmitt inverse leprocédé. Sur un fond noir, une petite multitude d’images indistinctes (en noir et blanc) sillonnent déraisonnablement la surface. Impossible d’y reconnaître quoi que ce soit, jusqu’au moment où on approche le curseur. Dès cet instant, il est clair que la présence du curseur change radicalement le mouvement des images. Elles ralentissent, se regroupent, lentement et de manière très souple, elles reconstituent le portrait photographique d’Antoine Schmitt.
Le mouvement initial devient alors une image fixe, sans aucune prétention stylistique, une simple photo. Mais le jeu reprend, lemoindre mouvement de la main stimule illico la mise en marche du mouvement. Ce dernier n’apparaît pas comme un automatisme bête et répétitif, malgré une programmation encore une fois reconnaissable, mais déploie une suite d’arabesques intimement couplée aux gestes légers ou brusques, amples ou courts de la main sur la souris. Trois mouvements principaux déclenchent les effets, la verticale, l’horizontale et l’oblique. (- Pour bien percevoir l’organisation de ces effets, essayez de bouger très lentement votre main parfaitement à la verticale et ensuite à l’horizontale. -)Les effets visuels sont très réussis, à l’image d’une pluie d’étoiles sous une baguette magique ou d’un fouet élastique. Ce qui leur donne un caractère naturel appréciable. Qu’est-ce à dire? Un jeu bien réussi, avec une connotation sur l’identité fuyante dans le nombre d'une part, et, de l'autre, sur le repos cohésif du recentrement.